Election du Maire et des adjoints

Hier, jeudi 28 mai 2020, a eu lieu salle du petit bois, l'élection du Maire et des adjoints.
C'est ainsi que Mr Hervé LECLERCQ a été élu à l'unanimité Maire de Condette.
Les adjoints sont : Mme Isis VERNIER, Mr Dominique LABBE, Mme Betty BLOQUET, Mr Philippe DRANSART, Melle Florence LIMASCON et Mr Jean-Claude LIBERT.

P1010167

P1010163

Ouverture de la Mairie

La mairie est désormais ouverte aux heures habituelles mais uniquement sur rendez-vous.

☎️03 21 32 88 88
💻Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Prochains événements

Aucun évènement à venir!
Aucun évènement à afficher

Messieurs les Ministres, Monsieur le Président de la Communauté d’Agglomération du Boulonnais.
Monsieur le Sénateur, Président Honoraire de la Région Nord-Pas-de-Calais
Mesdames et Messieurs les Conseillers Départementaux,
Madame la Conseillère Régionale,
Monsieur le Maire de Samer, Vice-Pdt de la Communauté de Commune de Desvres Samer,
Mesdames et Messieurs les Maires,
Monsieur le Commandant de Brigade de la Gendarmerie de Neufchâtel- Hardelot
Monsieur le Commandant des Sapeurs-Pompiers,
Mesdames et Messieurs les Président d’associations
Mesdames et Messieurs les directeurs et enseignants des écoles Pasteur et ND du Rosaire,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

Eh bien voilà ! Les dés sont jetés. Après 31 années passées au service de la collectivité, dont 9 comme 1er adjoint, 19 comme Maire et 12 ans, comme Vice -Président de la Communauté d’Agglomération, le moment est venu de prendre congé. Tout n’a pas toujours été facile, surtout quand cette vie publique est menée en parallèle d’une vie professionnelle intense. Mais, je ne regrette rien !

Cette vie, avec ses joies, ses difficultés et ses sacrifices, je l’ai voulue, même si on sait bien que dans chaque destin il y a une grande part de hasard, et aussi de chance. Rien ne me prédestinait à être maire - ni chef d’établissement d’ailleurs - mais je me suis passionné pour ce que j’ai toujours considéré comme une mission, sans jamais compter mon temps, et pour faire aboutir la vision que j’ai eu très tôt de cette commune où j’avais décidé de poser mon sac.

Grâce à l’appui de mes conseils municipaux, à l’engagement des personnels auxquels je suis profondément attaché, à leur sens de l’intérêt général et du service public, au soutien constant de la population, et notamment de cette population de souche qui m’a adopté, j’y suis parvenu, et Condette a évolué sans perdre son âme.

Oh ! il ne s’agit pas de partir pour ne rien faire. Vous vous en doutez, la fin de ma vie municipale, ce n'est pas la fin de mes engagements. Et je serai toujours là quand il s’agira de défendre mon pays, la République et la démocratie, pour me battre contre le racisme et la xénophobie, contre les injustices, et pour défendre l’environnement. Quand on n’a pas de projet c’est qu’on est déjà mort » déclarait Robert Badinter au cours d’une récente intervention télévisée. « Entre trop s’accrocher et se détacher des choses, il reste à trouver « la juste distance » ajoutait-il.

 

C’est cette « juste distance » que je vais enfin rechercher. Trouver un rythme de vie normal, être le maître de ma propre horloge, et maîtriser le temps qui me reste, pour ma famille, pour mes amis, que j’ai délaissés, et dont certains, disparus trop tôt, me manquent beaucoup, Je pense bien entendu à André Butel, à son épouse Régine, médecin de cette commune pendant 26 ans, à Jean-Jacques Verbeke, à Pascale Dupont, à Jacqueline Mortier dont les obsèques se sont déroulées jeudi, et à tant d’autres encore – je ne peux les citer tous –qui s’en sont allés, en emportant, à chaque fois avec eux, une partie de moi-même.

Je veux trouver du temps pour ma maison (qui se dégrade comme dit mon épouse…), pour écrire, pour lire, pour voyager, soigner mes vieux chevaux, bref ! pour « cultiver mon jardin », et enfin profiter de cette nature que j’ai contribué à protéger, et cela sans que la vie soit constamment rythmée par les réunions, les rendez-vous, les obligations, sans être obligé chaque matin, de puiser en moi les trésors de patience, d’écoute et de diplomatie qui font le quotidien d’une mission tellement passionnante mais qui devient de plus en plus difficile à assumer.

D’autres vont me succéder. Certains m’a-ton rapporté, veulent même se présenter pour « faire bouger Condette ». C’est un peu tard !... Ils arrivent après la bataille !... Il y a longtemps qu’on a fait bouger Condette. Certes, il reste des choses à faire, et il en restera toujours, mais beaucoup a été fait, et le ton a été donné. Pour le reste, c’est comme pour la valse ou le tango. Il suffit de se laisser conduire.

Il parait aussi, que je ne délègue pas assez. C’est très mal me connaître, moi qui ai fondé toute ma vie, sur la confiance. Je n’ai, d’ailleurs, la plupart du temps, jamais eu à m’en plaindre. Et même si cette confiance a aujourd’hui, un léger goût d’amertume, ça m’a plutôt bien réussi. Et ceux qui, dans leur vie, ont exercé quelques responsabilités le savent bien, un « chef » ne peut pas tout déléguer.

A ceux qui veulent se présenter, je dirais : Si vous vous intéressez à la « chose publique », à votre commune, mais aussi à ce qui se passe dans le monde, si vous êtes prêts à vous engager, à passer des soirées avec des ordres du jour un peu rébarbatifs et auxquels, au début vous ne comprendrez rien, en commission ou en conseil, en mairie, au Parc Naturel, ou à la Communauté d’Agglomération, ou ailleurs. Si vous êtes disposés à donner un coup de main pour les manifestations, à assister aux cérémonies patriotiques, à tenir les bureaux de vote les jours d’élection, à gérer la billetterie lors des spectacles, à passer vos nuits hors de chez vous en cas d’inondation ou d’incendie, à intervenir au marché, ou à la salle du petit bois en cas de panne, un samedi soir ou un dimanche. Si vous avez aussi la volonté d’écouter, de beaucoup écouter…, et d’apprendre sans bruler les étapes, alors, n’hésitez pas ! Vous avez toute votre place dans un conseil municipal. Mais si ce n’est pas le cas, alors fuyez à toutes jambes et sans vous retournez.

A ceux qui veulent « virer les vieux », je commencerai par répondre qu’ils sont du bois pour en faire ! Qu’ils se méfient, ça arrive plus vite que les rentes. Et la jeunesse, ce n’est pas toujours une question d’état-civil.

Mais l’âge, enfin normalement…, c’est aussi l’expérience, le dévouement et la disponibilité de ceux qui réparent bénévolement le tracteur de la commune, de ceux qui toute la semaine, gèrent les équipements, la location des salles, le fonctionnement du marché, ceux qui sont sur place, en cas de problème, le soir, les dimanches et jours fériés, ceux sur qui on peut compter en toutes circonstances. Les vieux, parfois, c’est aussi « l’âme du village » et « le bon sens Paysan ».

Je laisse à mes successeurs trois dossiers bien avancés qui ont été délibérés :

Le projet de construction de la « Résidence Senior » et de 6 habitations en accession à la propriété, dont le permis de construire a été accordé le 17 mai dernier - Un très beau projet architectural de Sébastien CALMUS du Cabinet ARIETUR - et dont la construction commencera, cette année, en 2020. Que n’a-t-on pas dit ? Quels propos infâmes, mensongers et diffamants, certains n’ont-ils pas tenu sur ce projet ? Non seulement, il répond à un besoin, non seulement il va générer des ressources supplémentaires, non seulement il va créer de l’emploi, non seulement il va mettre en valeur l’entrée sud de la commune, mais surtout à travers leurs obligations en matière de compensation, les promoteurs se sont engagés dans un projet expérimental et original de renaturation sur les 12 hectares des Bas-Champs.

Le projet de renaturation des Bas-Champs – parlons-en - cet espace agricole humide, qui suite à une mesure d’expropriation a échappé à la spéculation immobilière, et dont l’Etablissement Public Foncier Nord-Pas-de-Calais et le Conservatoire du Littoral, futur propriétaire, assureront la Maîtrise d’ouvrage, dans le cadre d’un partenariat déjà très actif, avec le Parc Naturel des Caps et Marais d’Opale, l’Agence de l’Eau Artois Picardie, l’Agence d’Urbanisme et d’attractivité-( !!!)-Boulogne Développement, le Département, son émanation, « son bras armé » Eden 62, et la Communauté d’Agglomération du Boulonnais. Autant de partenaires privilégiés de la commune que je tiens à remercier chaleureusement pour leur soutien et leur aide technique et financière…

Le Projet de restauration de l’Eglise Saint-Martin dans le cadre d’une opération de « Mécénat Populaire » soutenue et labellisée par la « Fondation du Patrimoine ». Un édifice très symbolique du « village », construit sur les ruines de l’église romane primitive, et comme le cimetière qui l’entoure sur une nécropole mérovingienne, mise à jour en 1875. Cette église, dans sa partie la plus ancienne, constituée par le chœur, le transept et la chapelle seigneuriale, est considérée par les spécialistes comme un très bel exemple de l’architecture religieuse du Moyen-Age.

Dans un texte paru récemment, Madame Isabelle Clauzel (Ma « médiéviste préférée » ( mais je ne suis pas le seul, Monsieur le Ministre et il me semble que vous la citez souvent…) en fait une très jolie description : « Dans son écrin de verdure – écrit-elle - un peu à l’écart des grands axes, la petite ville de Condette est l’héritière d’un village fort ancien, dont Hardelot était un hameau (ça ce n’est pas pour me déplaire). Sa disposition concentrique témoigne de cette ancienneté, en particulier son église composite qui a vu défiler les siècles. Construite au Moyen-Age, rebâtie en grande partie au XVè siècle, agrandie ensuite, ornée d’une statuaire originale, de fonts baptismaux très anciens, d’un maître-autel en chêne, d’une chaire aux évangélistes, de verrières figuratives et ornementales dont une blasonnée par Dumont de Courset, cette église nous raconte l’histoire du village et de ses habitants, comme celle des alentours, car Condette fut un chef - lieu de canton »

…Située à deux pas du Château d’Hardelot où fut signée, en 1203, la 1ère Charte Communale de la ville de Boulogne, c’est dire quels rapports étroits il y a toujours eu avec la ville centre de l’agglomération, elle est le témoin de plus 1000 ans d’histoire. Dans le cimetière qui l’entoure reposent John Whitley, fondateur des stations du Touquet et d’Hardelot, l’Abbé Alexis Bouly, radiesthésiste mondialement connu, fils du charron du village, Curé de Condette et d’Hardelot, le Colonel Guy, père de la célèbre compositrice Heleen Guy, plus connue sous le nom de « Guy d’Hardelot », et un « Grognard » de la Grande armée…

Cette église est en danger et il y a urgence. Vous comprenez bien, Monsieur le Ministre, pourquoi nous tenons à la sauver, elle et les paysages qui l’entourent, et que j’insiste tant pour que la Communauté d’Agglomération du Boulonnais intervienne très vite, dans le cadre de sa compétence « assainissement eaux pluviales », pour nous aider à en préserver les fondations. Rendez-vous est pris le 23 janvier avec Monsieur Dégardin, le DGST (excusé aujourd’hui) et les services de la Communauté d’Agglomération. Je tiens à remercier la Communauté d’Agglomération pour l’aide apportée à ce projet grâce à la Dotation de Solidarité Communautaire.

Je remercie également Madame Angélique Thomas, Architecte du Patrimoine pour le travail réalisé, « l’Association Pour la Valorisation de l’Eglise de Condette » (AVEC) et sa Présidente Monique Longuet…. Je tiens, aussi à remercier particulièrement pour leur soutien, Madame Dominique Rembotte, Déléguée de la Fondation du Patrimoine (ancienne Conseillère Régionale et ancienne Présidente du Parc Naturel ), Monsieur Piot, délégué de secteur de la Fondation du Patrimoine (excusé ce jour), et puis les deux Franck, Franck Legrand de la Fondation du Patrimoine et Franck Tétard, du service d’architecture du Département que j’ai connu dans une autre vie, à la DRAC et dans les services de l’ABF, quand nous travaillions sur l’AVAP de Condette. Merci aussi au Département et à la Région qui du fait de la « labellisation » sont engagés dans cette opération qui fera aussi l’objet d’un dossier DETR. Et merci d’avance aux généreux donateurs dont nous aurons le plus grand besoin, pour cette 1ère tranche qui concerne la charpente et la toiture, comme pour les suivantes.

Trois beaux projets que je laisse le soin à mes successeurs de poursuivre, dans l’esprit de ce que nous avons toujours défendu, et qui je l’espère, ne manqueront pas de constituer les axes forts du prochain mandat.

Certains diront qu’il y a d’autres choses à faire… Je n’en doute pas… Mais comme disait ma grand-mère « on n’a pas la bourse à Rotchild », et en ces temps difficiles, où les charges augmentent, où les recettes diminuent, où les dotations n’en finissent plus de baisser, il faut savoir effectuer des choix. Des choix, pour investir, des choix pour conserver une trésorerie confortable et une capacité d’autofinancement suffisante. Mais il y a aussi des opportunités à saisir, parce qu’elles ne se représenteront plus. La renaturation des Bas-Champs, territoire d’expérimentation en matière d’hydraulique douce, de pratiques agricoles et de biodiversité, la restauration de l’église, et le projet de « résidence seniors » font partie de ces opportunités.

Et mes conseillers municipaux connaissent le discours. Je n’ai jamais arrêté de le dire. Savoir effectuer des choix, par les temps qui courent, c’est mettre fin à des dépenses de fonctionnement excessives, c’est comprimer certains budgets, c’est limiter les dépenses d’énergie, c’est réduire et maîtriser la masse salariale.

C’est aussi savoir se débarrasser de bâtiments provisoires obsolètes qui coûtent cher en énergie et en entretien. Bref ! c’est réduire le fonctionnement pour favoriser l’investissement, Augmenter notre capacité d’autofinancement…

Des décisions pas toujours faciles à prendre, mais que nous avons prises, et qui nous permettent, aujourd’hui, de laisser à nos successeurs, suite à des efforts qu’il faudra poursuivre, une situation parfaitement saine, et une trésorerie « confortable » qui leur permettra d’investir, à notre rythme, et en toute sécurité…

Car c’est ça aussi l’honneur, le privilège, la responsabilité et la gloire des élus ! C’est, d’avoir du courage, de dire non, et de savoir compter !!! Ces choix, il faut les poursuivre en continuant les efforts, en optimisant la gestion, et en réduisant, en réformant ou en restructurant certains services, si on ne veut pas les voir disparaître (et je pense à l’école de musique). Il faut, et c’est indispensable, restructurer, fusionner, et mutualiser. Oui mutualiser !!!
Et comment pourrait-il en être autrement, à l’époque où l’avenir d’une commune ne se joue plus sur son seul terrain, à l’époque où il faut être présent partout, écouter et se faire entendre, et plus que jamais encore, jouer la carte de l’intercommunalité pour avancer ? On le sait bien ! La vie municipale ne se déroule plus seulement dans la commune. Elle se fait. Elle doit se faire, en partenariat avec les autres communes, avec les autres maires, que je salue, au passage, et que je remercie pour leur soutien, et que je suis triste d’abandonner. Avec une pensée particulière pour ceux qui arrêtent (Jean-Loup, Francis, les 2 Jacques, Christian, Patrice) La vie Municipale, elle se vit aussi, ici, chez nous, au sein de la Communauté d’Agglomération du Boulonnais.
J’ai aimé ce que j’ai fait, à la Communauté d’Agglomération. Je l’ai fait avec passion, comme tout le reste, pour ce territoire du Boulonnais qui m’a adopté, moi, le Dunkerquois, le malouin, l’enfant de Jean Bart. J’ai aimé, j’aime Boulogne, cette ville, son port, dont je suis tombé amoureux quand j’étais adolescent, le Boulonnais, et ses collines, et ce littoral de la Côte d’Opale où je suis né. Et je me suis passionné pour cette Vice-Présidence qui m’a été confiée. Merci Monsieur le Président, mon, cher Frédéric, merci à toi Jean-Loup, pour m’avoir fait totalement confiance.
J’ai eu cette chance unique dans la vie d’un maire de travailler à l’élaboration de 2 Plans Locaux d’Urbanisme, celui de Condette, entre 2001 et 2006, celui de la Communauté d’Agglomération du Boulonnais, entre 2011 et 2017, à la création d’une Réserve Naturelle Régionale, à l’élaboration d’une Zone Agricole Protégée, la seule au nord de Paris, à la construction d’un Site Patrimonial Remarquable, celui de Condette, et du Règlement Local de Publicité Intercommunal qui est exécutoire depuis le 29 novembre 2019, et je serai très fier de pouvoir présenter, au cours du Conseil communautaire du 13 février prochain, cette AVAP/SPR (Site Patrimonial Remarquable) de Wimereux, que Francis Ruelle, Joël Fernagut, Stéphane Gilbert, Florence Benamor et leurs équipes attendent avec impatience et qui sera la dernière délibération d’urbanisme que je présenterai.
Après une dernière année particulièrement difficile pour toutes sortes de raisons que je ne tiens pas à évoquer aujourd’hui, je laisse à mes successeurs une situation saine, une commune correctement équipée, une trésorerie confortable, une façon de fonctionner parfaitement rodée, un personnel d’exception, dévoué, courageux, compétent, et qui mérite le respect, une Police Municipale engagée et efficace, qui fait un « vrai » travail de police, une police municipale que dans le contexte actuel et dans le cadre de mes pouvoirs particuliers, j’ai fait le choix d’armer dès que Monsieur le Ministre de l’Intérieur Cazeneuve nous l’a proposé, et qu’il serait absurde, voire complétement inconscient de remettre en cause, parce que à un moment donné il faut avoir les pieds sur terre, regarder les choses en face, et ne pas sombrer dans un « angélisme absurde ».

L’angélisme, on sait bien ce que ça a déjà coûté à ce pays au cours d’une histoire pas si lointaine. Et j’en profite, au passage, pour rendre hommage à nos soldats, qui se battent en Afrique pour notre sécurité, et celle des africains, avec une pensée particulière pour ceux qui sont morts au combat, en cette fin d’année 2019. Dans ce domaine là aussi, il faut avoir le courage de prendre les bonnes décisions. Et je ne peux que regretter le manque d’engagement des autres pays européens dans une lutte qui les concerne tous.

Enfin, je laisse, en la personne de Guillaume Treunet, Ingénieur Territorial, un Directeur Général des Services, doté d’un très grand sens du service public et qui représente une chance pour cette commune. Il a toute ma confiance…

Merci aux élus, aux personnels, aux associations, aux condettois, pour leur soutien. Merci à mes collègues maires, aux Vice-Présidents de la CAB, à son DGS, à ses Directeurs, avec qui, tout au long de ces années, des liens d’amitié, souvent étroits, se sont tissés.

Merci aux personnels de la Communauté d’agglomération, aux techniciens de la Communauté d’Agglomération pour leur engagement, leurs compétences, leur professionnalisme et leur sens du service public. Ce sont des valeurs sures. Avec eux aussi, les liens que j’ai pu créer dépassent largement le cadre de simples relations de travail.

Merci à vous Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, pour les efforts que vous déployez pour faire avancer ce territoire qu’il s’agisse de développement économique, de développement portuaire ou d’emploi. Nous savons tous, quel travail considérable vous effectuez dans cette agglomération. Et je suis particulièrement fier, d’avoir pu, pendant quelques années, contribuer, très modestement, à l’allégement d’une charge que vous êtes le seul à pouvoir porter. Vous êtes quelqu’un de courageux. Vous l’avez toujours été, et – je vous l’ai déjà raconté - quand, il y a une trentaine d’années j’observais ce qui se passait, à travers la presse, et que pour m’être engagé très tôt en politique et avoir été aussi très tôt déçu, je savais de quoi je parlais, quand je disais à mon épouse, qui peut en témoigner : « Tu vois ce petit gars-là il a du courage ». Oui, Monsieur le Ministre, mon cher Frédéric, tu as du courage et tu en fais profiter le Boulonnais…

Merci à mes enfants, qui je l’espère me donneront bientôt des petits enfants. Merci à mon épouse qui pendant toutes ces années, a pris en mains la maison et tout ce que je n’avais pas le temps de faire, parce que quand on est maire, on ne s’appartient plus. On appartient à sa commune. Elle a toujours été présente dans les moments difficiles et les épreuves de la vie professionnelle, municipale et familiale qui n’ont pas manqué tout au long de nos 44 ans de mariage (J’espère, d’ailleurs que nous réussirons à tenir le coup six ans encore pour fêter nos noces d’or en mairie de Boulogne).

Elle a mené ça avec brio, volonté, détermination et beaucoup de courage. Et comment aurait-il pu en être autrement quand on est la fille d’un patron de pêche courageux, qu’on a parmi ses ancêtres plusieurs capitaines corsaires, et dans sa généalogie, tous les noms de la marine Boulonnaise.
Tout n’est pas parfait, je le sais bien. Mais j’ai fait de mon mieux, avec les moyens dont je disposais, avec mon franc-parler, avec mon enthousiasme, avec mon optimisme, mais surtout… avec mon cœur !
Bonne année à tous !!!
• Le baron Georges Louis Marie Dumont de Courset est un botaniste et un agronome français, né le 16 septembre 1746 à Boulogne-sur-Mer et décédé le 3 septembre 1824 au château de Courset.

 

• Guy d’Hardelot (1858 – 1936) est le pseudonyme d’Helen Guy, dite Rhodes, compositrice et pianiste française. Née au Château d'Hardelot, d'un père anglais et d'une mère française. …Composition : Because (parce que).